L'ombre et la Lumière

Quand le Paradis et l'Enfer finissent sur Terre... Anges, démons, furries, humains ou autres créatures... Bientôt, il n'y aura plus de place...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lobélia Hope, butterfly?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lobélia Hope

avatar

Féminin Messages : 7
Date d'inscription : 22/05/2009
Age : 28
Localisation : dans ton âme
Race : Furry, papillon?
Humeur : volatile

MessageSujet: Lobélia Hope, butterfly?   Ven 5 Juin - 22:53

Nom : Hope

Prénom : Lobelia

Âge : apparence ~ 21 ans

Sexe : féminin

Sexualité : papillon ~o~

Race: furry héhéhé


-*~*~*~*~*~*~*-


Histoire/Passé :
Le laboratoire du savant fou. Des aides autour de lui, une fourmilière, oui, comme une fourmilière répondant aux ordres de la reine mère. Au centre, une table métallique, froide et impersonnelle, agressive, intimidante. Sur cette table, de la ‘chaire fraiche’ sous la forme d’une jeune fille, maigre, pâle, maladive, les lèvres gercées et le regard de toute manière déjà vide de vie malgré le souffle qui parfois soulève sa poitrine en petit rythme chaotique.
Sur une autre table, blanche, carrelée bien que toute aussi froide, un petit tableau de bois granuleux, dessus, épinglé, semblable à l’amanda blue mais lui aussi déjà bien…modifié… Un mâle, aux ailes comme transparente, mais la modification va permettre l’impossible, va permettre l’interdit, le tabou qui déchire la toile de ce monde déjà fou lui-même…
Une manipulation, un œuf, une injection… Et quelques semaines après, le ventre déjà bien rond met au monde une chenille écœurante et révulsant, aussitôt enlevé des bras de la mère dont la vie quitte définitivement son corps déformés par la naissante ‘pas naturelle’.
La chenille est protégé, nourris, tas difforme et toujours aussi révulsant malgré les années, longues et tristes, qui passent. Elle se nourrit comme les papillons, plus papillon qu’humaine à première vu, note le savant fou. Le chenille est placée à couvert, elle mue, elle se transforme, une magnifique chrysalide de teinte différente et pourtant bien terne, pour passer inaperçue ? Qui serait dire ? Personne, pas même docteur Mad !

Un jour, comme ça, une alarme se déclenche, un mouvement, oui, un merveilleux mouvement dans la chrysalide, la chenille va-t-elle enfin se décider à devenir ce à quoi elle est destinée ? Peu seront au courant, et docteur Mad, mort depuis l’ouverture de la brèche quelques années auparavant, ne pourra pas voir son œuvre qu’il croyait aussi éphémère que les outils de conception, dont l’un fait étalage de ses couleurs au mur, toujours épinglé, jaunit par la poussière et le temps qui s’est déposé sur la vitre de protection. Le papillon éclot, masse gluante qui s’accroche péniblement à la branche auquel sa chrysalide était attaché, nu, semblable à un enfant avec, sur le dos, encore tout alourdis par le liquide, deux ailes, oui, deux ailes au couleur criarde, qui pende avant qu’enfin, ses antennes les lavent. Elle peut alors les ouvrir, grandes, imposantes, sublime ? Le corps de la chose est un corps d’enfant, donc, tout ce qu’il y a de plus normal, couleur pâle, de la mère, cheveux aux couleurs étranges et changeante, semblable aux yeux, pour les premiers priment les tons bleus et pour les seconds l’or, toutes couleurs captivante. Elle, car cela semble être un spécimen féminin, regarde autour d’elle le lieu déserté des hommes et envahi par la nature qui, sous sa forme végétale, a entouré chaque pilier, chaque chaise de liane d’un vert sombre, parsemé de fleurs, et les murs la mousse, et le sol l’herbe, dans l’air tant d’odeurs…

Les ailes sont trop fragile pour ce jour là la porter, aussi, elle apprend à marcher, brinquebalante, mal à l’aise, et les fleurs ne suffisent pas pour la nourrir, elle a soif, elle a faim d’autre chose sur lequel elle ne serait mettre les mots qu’elle n’a jamais appris.

Elle sort à l’air libre et observe autour d’elle, silencieuse, calme, elle ne pleure pas, elle ne crie pas, tout bonnement parce qu’aucun son ne franchira jamais ses lèvres, elle ne parle pas, elle voit… Là où elle vit, la nature à pris le dessus, et tout autour d’elle, une ville, un village, un campement plus, d’hybride en fuite, calmes eux aussi, pas bien différent d’elle, ils l’accueillent, mais elle va plus loin, préférant s’enfoncer dans la forêt où elle rencontre des créatures pures, des nymphes, vivant pour leurs arbres, mourant pour eux, comme pour les rivières ou les mares, quoi d’autre encore ? Elle leur ressemble, elle grandit par la suite… Autour des nymphes à la beauté parfaite, elle ne semble pas être une hybride, elle est comme ces dernières. Une taille fine et grande, élancée et prononcée, des formes généreuses, des yeux de chat perçant la nuit comme le jour, comme le cœur et l’âme… Des cheveux, coupés toujours, libres de leurs mouvements, pas de sourire ni de semblant de quelconque sentiment, toujours dans les bras d’une nymphe, dans leurs arbres, dans leurs eaux. Elle est tactile, elle a toujours ses ailes, elle est télépathe mais elle est par moitié humaine, repoussée par certaine, attirée par les autres, elle est tiraillée et désire en savoir plus. Dans l’esprit de toute ses rencontres, elle a vu, la guerre, elle a vu, la douleur, elle en a envie, elle veut en savoir plus, sur sa naissance. Elle sait cacher ses ailes, ses antennes, sa trompe bien utile pour se nourrir, elle sait passer pour une humaine comme elle sait passer pour une nymphe, hybride mais pas idiote, muette mais pas incapable de communiquer, elle sait ce qui lui reste à faire pour avoir les réponses. Une humaine excentrique et pleine de mystère, cherchant à découvrir son but dans la vie.


Famille : les nymphes dans les bois, docteur Mad dans la terre


-*~*~*~*~*~*~*-


Description Physique :
Des pieds à la tête : Lobé porte ses cheveux courts et libres donc souvent partant un peu dans tout les sens. Ses derniers sont, pour la couleur majoritaire, du bleu de l’amanda blue, papillon dont elle est issue. Ils sont pourtant hérissés d’un rose-violet semblable à ses ailes. Elle porte la mèche ils ne lui cachent donc pas les yeux ! En parlant des yeux, ses derniers sont d’un or pur et vif, tinté de bleu cyan, en son centre, à la place de la pupille normalement noire profond. Son visage arrondi ne comporte aucune ligne cassante qui rendrait son visage dur, un petit bout de nez surmonte des lèvres fines et quasiment absente, d’une couleur semblable à sa peau et donc d’une couleur pâle mais pas maladive, légèrement rosée. Un corps fin et bien formé, visiblement entretenu sainement et aussi sportivement. Elle porte sur l’épaule droite un tatouage cyan qui indique sont appartenance au groupe de nymphe avec lesquelles elle a vécu jusqu’à présent. Côté vestimentaire, la jeune hybride privilégie les vêtements légers et à fleur de peau, naturels et créés par elle-même et sa ‘famille’. Ils sont dans les tons violets et nouées à l’aide de ficelle, le tout teint encore une fois par ses soins. Pour finir, elle possède les attribues de sa race : une paire d’aile de couleur différente selon ses humeurs, faisant penser à un dessin fait à l’aquarelle, deux antennes. Elle peut les faire disparaitre à guise mais pas trop longtemps car s’est un procédé ma foi fort douloureux pour Lobélia.

Description Psychologique :
Lobélia est une jeune hybride très simple et pourtant fort mystérieuse de part son comportement et son chemin de vie. Elle ne parle pas, ne sait même pas si elle en est capable, n’a jamais essayé et ne compte pas essayé d’aussitôt. Télépathe, elle parle par la pensée sous forme d’image représentative de ce qu’elle veut dire, ce qui arrive rarement. Car elle se contente la plupart du temps d’écouter, se nourrit de l’expérience des autres, de leurs vécus. Elle est aussi très observatrice, elle peut passer des heures à contempler un brin d’herbe. Elle est peu sociale, du moins elle n’a pas besoin de parler, de faire la conversation ou autre, il suffit qu’elle lise en vous. Elle ne connait pas les humains, mais elle sait le danger qu’il représente, par contre, elle ne sait rien des anges et démons, jusqu’à leur existence. Elle est proche de la nature, et lors de sa présence, tous les pouvoirs offensifs des personnes s’évanouissent, ce qui fait qu’elle ne connait pas la notion même du mal.

Savoir : connaissance des plantes

Relation : inconnue

Société : sa forêt l’est pour elle

Pouvoirs :
> Télépathie
> Annihilation des pouvoirs en présence (seulement offensif)
> Pouvoirs dû à sa condition (vol par exemple)
Revenir en haut Aller en bas
¤ Alice Moka ¤
Admin
avatar

Féminin Messages : 55
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 28
Localisation : Derrière toi, une boule de feu au bout des doigts mon ange...
Race : Démone, fille de Klauss
Humeur : Catastrophique héhéhé

MessageSujet: Re: Lobélia Hope, butterfly?   Ven 5 Juin - 22:57

Bienvenue!

Fiche VALIDEE et bon RP

_________________

°o° Aime faire patte de velours avant de sortir les griffes...°o°

Click here to feed me a Treat!
Revenir en haut Aller en bas
http://ombrelumiere.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lobélia Hope, butterfly?   Sam 6 Juin - 18:36

Et bien bienvenue à toi, superbe fiche, a bientot en rp ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lobélia Hope, butterfly?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lobélia Hope, butterfly?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» [AF] 14, Hope street -Akross Con 2010-
» La Scala Butterfly
» Scott Hope
» une boutique ... BUTTERFLY COUTURE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ombre et la Lumière :: ¤ Hors Rpg ¤ :: /!\ Enregistrement /!\ :: Furries-
Sauter vers: